RETOUR SUR L'ECRITURE DU ROMAN

 

   Que de changements de direction empruntés pour en arriver à la version finale de ce roman !

   J'ai toujours été un fan de la série Asgard. Quelle n'a pas été ma surprise en découvrant qu'il s'agissait de l'adaptation en version longue du film « Asgard », diffusé peu avant, et que celui-ci était lui-mÍme une adaptation, plus éloignée certes, du chapitre « Natassia », exclusif au manga. Il existait donc trois histoires se déroulant dans le Grand Nord, avec de nombreuses similitudes mais aussi beaucoup de différences qui rendaient la coexistence de ces histoires dans un mÍme univers presque impossible, surtout pour les deux Asgard.

   A l'origine de mon roman, une idée toute simple : et si ces deux Asgard, ces deux groupes de guerriers, ces deux récits se côtoyaient ? Ca semblait difficile mais pas infaisable, l'apparition de l'arbre Yggdrasil à la fin du film offrant diverses possibilités.

   Ainsi, le point de départ du roman ne tenait qu'à ça : les deux groupes de guerriers sont ressuscités et s'affrontent pour déterminer qui est le plus fort et le plus apte à défendre Asgard. Concept idiot il faut l'avouer. La première version du roman n'était qu'une succession de combats entre chaque Guerrier Divin et son homologue de l'autre clan. Pour pousser la logique jusqu'au bout, je décidais d'y ajouter les Blue Warriors. Je pris rapidement conscience de la vacuité d'un tel scénario (oui, quand mÍme) et décidais d'ajouter l'intrigue des Mariners espions, puis celle de l'Alliance des Cinq. Cependant, celles-ci restaient très anecdotiques : il n'y avait pas de Mariner du Pagure, et seuls cinq ressuscités intervenaient pour Ítre vaincus en un chapitre par le duo Mime/Loki. Puis je développais un peu plus le réveil des personnages, je variais le contexte des face-à-face, j'insérais des pages de l'histoire d'Asgard, etc. Et c'est à ce stade que je commençais la diffusion du roman.

   Pour le premier chapitre, j'eus un retour globalement positif de mes premiers lecteurs (Ouv et BlackDragon). Pour le deuxième, mÍme chose. Mais arrivé au troisième chapitre, tout s'écroule : dans le script initial, les deux groupes de guerriers se rendent à Asgard et se confrontent au peuple. Le chef de la garde (un quidam) ne reconnaît aucun des deux groupes et leur propose d'organiser un combat pour déterminer les plus à mÍme de les défendre. Il n'y a pas d'enjeux, pas de menace, les guerriers se combattent les uns les autres sans raison valable façon tournoi de Dragon Ball Z, alors qu'Asgard est plus que jamais le centre de phénomènes étranges et de mystères.
   En effet, mon histoire qui à la base n'était qu'un « tournoi » s'est étoffée de plein d'éléments périphériques (scènes historiques, Alliance des Cinq, Mariners espions), ce qui faisait ressortir l'aspect vide de l'histoire principale à un point ridicule. « Tout ça pour ça ? » me disaient mes premiers lecteurs.

   Le troisième chapitre ne pouvait pas sortir en l'état. Je devais remanier l'histoire et, comble de difficulté, je devais le faire sans avoir à toucher aux deux premiers chapitres. Je choisis alors de donner une place plus importante à l'Alliance des Cinq. Après tout, ce concept était sous-exploité, je pouvais en faire quelque chose de mieux, et cette idée d'avoir des ennemis non chevaliers me séduisait.
   Il n'était donc plus question d'avoir un représentant de chaque royaume (un géant, un magicien, un homme de feu, un homme de glace et un immortel), mais d'avoir cinq armées. J'abandonnais également cette idée que les deux groupes de Guerriers Divins étaient oubliés par le peuple d'Asgard, je jetais ce chef de la garde aux oubliettes et réinstaurais Hilda. Et je développais donc ma menace principale : les Cinq Armées. Détail amusant : la tempÍte qui souffle depuis le début de l'histoire était censée Ítre purement symbolique, mais suite à ces changements, je décidais de la « convertir » en une offensive d'une des Cinq Armées.
   Il en fut de mÍme pour le reste. Je réorganisais les combats : les Guerriers Divins ne se combattaient plus les uns les autres (à part quelques exceptions), ils luttaient côte à côte. Ainsi, le trio de Blue Warriors, qui devaient combattre Syd, se retrouvaient maintenant à combattre à sa place. Rung et Thor ne s'entretuaient plus, ils luttaient ensemble jusqu'à la mort. Etc.
   Au passage, j'en profitais pour introduire « discrètement » plusieurs personnages secondaires apparemment sans importance (les quatre soldats d'élite, la princesse, le garde du pays du feu, etc.), qui allaient en fait jouer un rôle fondamental dans le climax, et surtout dans l'épilogue.

   La suite s'enchaîna naturellement. Les cinq armées permettaient d'occuper chaque personnage, et la menace des Mariners était une intrigue « bonus », sans oublier les traitres que sont Albérich et Loki/Derbal. Je remaniais également la fin. A l'origine, Siegfried revÍtais l'armure d'Odin et tuait Derbal, Albérich ayant succombé à son duel contre Alexei. Cette fois, Derbal tuait Siegfried, Albérich avait le droit à sa victoire en mettant l'armure, mais son plan échouait quand mÍme. Quant à la menace des Mariners, elle permettait de conclure le roman sur une fin ouverte. Et peut-Ítre mÍme qu'une suite verra le jour, sous une forme ou une autre...

 

Par Vincent, sans pseudo - le Scribe du Sanctuaire